/
Glisser pour voire l'autre article.
148
248

Faut-il mettre fin aux courses du dimanche ?

2705
27%
73%
La loi limitant l’ouverture des magasins le dimanche, adoptée en décembre 2014 a de nouveau enflammé le débat en Hongrie.
Source: flickr

Passez un paisible, joyeux dimanche!

Szmetán Krisztina | Traduit par: Réti Franciska | 2015. Janvier 23. 18:15

Le commerce est incontestablement le secteur-clé de l’économie nationale; mais le temps est venu de revendiquer l’inviolabilité du dimanche libre, et de restreindre la société de consommation égocentrique.

Le Parti populaire démocrate-chrétien (KDNP) a déposé le 6 novembre 2014 son projet de loi relatif à l’ouverture des magasins, qui a déjà été promulguée en fin d’année. L’Assemblée nationale pense que la situation des salariés devrait être améliorée, en encadrant le commerce d’une manière rationnelle.  Les législateurs souhaitent protéger les droits de ces derniers, en assurant un temps de repos suffisant, leur donnant ainsi la possibilité de conserver leur santé physique et morale. On ne peut pas laisser une liberté illimitée aux intérêts commerciaux s’ils nuisent à la protection de la famille, la pierre angulaire de la société hongroise. En même temps, il faut bien sûr tenter de maintenir un équilibre qui tient compte des intérêts des acteurs de l’économie. Si on considère les proportions, un dimanche calme contre six jours de travail est une assez bonne affaire pour les affaires. De plus, les avantages de l’introduction du dimanche libre ne peuvent pas être remis en question. Issu de notre culture européenne et de nos traditions chrétiennes, le dimanche est avant tout le jour du repos, de la pratique religieuse et de la famille.

*Des exemples occidentaux

Dans plusieurs pays au sein de l’Union européenne, il existe des lois interdisant ou limitant l’ouverture des magasins le dimanche. Bence Rétvári, le secrétaire d’État parlementaire de la Ministère des Ressources Humaines,  l’a souligné : la Hongrie demande seulement aux grandes chaînes de magasins d’accepter chez soi les lois déjà respectées en Autriche, en Allemagne, en Italie ou même en France. Dans ces pays, c’est la loi qui oblige les magasins à fermer le dimanche. Prenons les Français comme exemple! Pour la majorité d’entre eux, travailler le dimanche est un sujet tabou. Les gérants des petits magasins sont eux aussi contre la semaine de travail de sept jours, par peur que leur positionnement dans la concurrence se détériore en étant confronté aux grandes chaînes commerciales. Et ceux qui violent cette loi, qui est en vigueur depuis un siècle déjà, doivent payer une amende. Ikea, le grand distributeur de meubles a dû payer plus de 460 000 euros (à peu près 120 millions de forints), car ses magasins étaient ouverts aux clients même le dernier jour de la semaine.

*Un pas en avant raisonnable

En Hongrie il y avait un système d’ouverture libre depuis le début des années 1990, l’ouverture des magasins n’étant limitée que pendant les jours fériés. Les décideurs trouvent que la limitation de l’ouverture des magasins le dimanche ne cause pas des difficultés économiques infranchissables. De plus, la loi comprend des exceptions. Les petits commerces familiaux peuvent eux rester ouverts le dimanche, ainsi que les jours fériés. De plus, la limitation ne s’applique pas aux stations-services, aux pharmacies, aux bureaux de tabac, aux marchands de journaux, aux fleuristes et aux boulangeries. Mis à part ça, il y aura aussi des exceptions dans les communes touristiques.

*Des craintes non fondées

Une partie considérable des salariés travaillant dans le commerce ont soutenu le projet de loi, et un accord a aussi été passé avec les syndicats. En dépit de cela, la société hongroise reste divisée concernant cette question. L’un des principaux arguments des opposants pour la fermeture des magasins est, qu’à cause de cette mesure, les employés dans le commerce seront privés des rémunérations supplémentaires du dimanche. Par conséquent, leurs revenus diminueront, et des réductions d’effectif peuvent également avoir lieu. Néanmoins, ces arguments ne sont pas forcément fondés. Parmi les chaînes d’alimentation étant des propriétés hongroises, les trois plus importantes, CBA, Coop et Reál sont pour limiter l’ouverture. Selon ces dernières, l’ouverture prolongée de six jours suffira aux acheteurs pour acquérir les produits dont ils ont besoin. Il est également intéressant de réaliser que pour les acheteurs la mesure nécessite qu’une petite anticipation, alors que pour les travailleurs, elle garantit au moins un jour de repos certain. Et cela n’est pas un facteur à négliger lorsqu’on prend en considération que travailler le dimanche n’est pas dans la plupart des cas le choix personnel des employés. En effet, il est souvent imposé par l’employeur, et parfois sans aucune rémunération supplémentaire.

D’autres soulèvent comme argument que les courses du dimanche sont également un programme de famille, donc il ne faudrait pas les empêcher. Mais les mères assises derrière la caisse sont-elles du même avis ? Sándor Demján, grand entrepreneur qui soutient le camp des opposants, a protesté plusieurs fois contre l’idée démocrate-chrétienne. Il a aussi remarqué que c’est selon une tradition chrétienne que le dimanche est „le jour du marché”. Quant à la popularité des centres commerciaux, elle se fonde sur des sentiments nostalgiques, puisque le magasin Skála a  largement contribué à ce que la Hongrie mérite le nom de „ baraque la plus gaie” pendant le communisme. La nostalgie est belle chose ; mais si on veut à tout prix réactiver nos souvenirs le dimanche, les musées semblent être un lieu plus convenable. La société hongroise s’est vraiment accoutumée à voir les magasins ouverts le dimanche. Mais, en même temps, à l’ère du XXIe siècle il faut accepter les décisions servant les intérêts de la société ; même si à cause d’elles, certains seront obligés de changer leur chère routine journalière.

Écris l'article contraire!

Le paire de cet article n'a pas encore été préparé. Sois le premier à présenter le point de vue contraire! L'un de nos auteurs a déjà partagé ses idées, cependant, lors de la publication de l'article nous n'avons pas encore trouvé l'opinion concurrente. Nous encourageons tout le monde – qui ne serait pas d'accord avec de ce qui vient d’être présenté – d'écrire l'article opposé. Le texte respectant la même forme est à envoyer sur l'adresse duelamical@duelamical.eu.

Devenir membre !

Si vous souhaitez vous associer au projet Duel Amical, envoyez nous votre CV accompagné d'une courte lettre de motivation (200 mots maximum) mentionnant le pays et le poste auquel vous postulez
recruitment.duelamical@gmail.com
Nous reviendrons vers vous très rapidement. Cliquez ici pour plus d'informations.

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

0 Commentaire

Nous t'invitons à partager ton opinion avec nous !

Devenir membre !

Si vous souhaitez vous associer au projet Duel Amical, envoyez nous votre CV accompagné d'une courte lettre de motivation (200 mots maximum) mentionnant le pays et le poste auquel vous postulez
recruitment.duelamical@gmail.com
Nous reviendrons vers vous très rapidement. Cliquez ici pour plus d'informations.